Une année dans le Bordelais

Le Château Cantenac Brown, 3e Grand Cru Classé de Margaux

Un rêve devenu réalité...

Depuis 2003 et mon entrée en BTS de commerce des vins, je nourris le rêve de travailler dans un grand cru Bordelais. L’idée d’intégrer ce monde prestigieux et plein de mystère me fait rêver. En 2015, de retour d’Australie, je postule comme guide au Château Cantenac Brown, 3ème grand cru classé de Margaux. Je suis embauché en Juillet pour faire la saison en qualité de guide oenotourisme et recevoir des visiteurs du monde entier venu rêver dans le Médoc. Je pars donc dans le Bordelais, que je connais très mal, mis à part dans les livres… et dans ma tête, avec l’idée que je m’en fais.

C’est quoi un grand cru classé ?

La classification officielle  des grands crus classés date de 1855 ; sur le site wikipédia on trouve la définition suivante :

La classification officielle des vins de Bordeaux de 1855 a été établie à l'occasion de l'exposition universelle de Paris de 1855 et à la demande de l'empereur Napoléon III. Ce classement, qui a légèrement évolué au fil du temps, fait encore actuellement office de référence, malgré de nombreuses critiques.

Chai à barriques du Château haut Brion

Il existe plusieurs classements à Bordeaux :

  • Celui des grands crus de Saint Emilion (82 propriétés), rive droite, qui date de 1955, révisable tous les 10 ans et qui est géré par l’INAO
  • Celui des grands crus classés de 1855 qui consacre LES ROUGES DU MEDOC AVEC UNE EXCEPTION LE CHATEAU HAUT BRION EN PESSACE LEOGNANC ET LES BLANCS LIQUOREUX DE SAUTERNES ET DE BARSAC et qui n’est jamais révisé (excepté en 1973).
  • Celui des grands crus de Graves qui fut officialisé par le décret ministériel du 16 février 1959 comprend 16 châteaux. Le classement «  non hiérarchique » des 16 Crus homolo­gués par Décrets du 7 août 1953 et du 16 février 1959, s'applique à 13 Vins Rouges et 9 Vins Blancs secs.
  • Celui des crus bourgeois qui date de 1932 et concerne uniquement le Médoc. Il compte plus de 200 Châteaux répartis en :
  1. crus bourgeois
  2. crus bourgeois supérieurs
  3. crus bourgeois exceptionnels
Groupe à Cantenac Brown

Un été à Margaux :

Je démarre donc mon emploi de guide bilingue au château Cantenac Brown de MARGAUX.

Ce 3 ème Grand Cru Classé est dirigé par José Sanfins qui est un spécialiste de la filière vin et surtout un grand vinificateur !

Il a travaillé auparavant pour la maison de porto QUINTA DO NOVAL et est arrivé au sein du Château par l’intermédiaire de la société AXA millésime qui était l’ancien propriétaire de ce grand cru.

Il gère avec bienveillance les 48 hectares de vignes, l’ensemble des infrastructures et le personnel de la propriété.

Concernant l’histoire de Cantenac, elle est intéressante puisque le vignoble fut établi parJACQUES BOYD en 1754 (CHATEAU BOYD CANTENAC ET CANTENAC BROWN) et le Château futconstruit par JOHN LEWIS BROWN 1806. Cet écossais d’origine imagine un château au style Tudor qui aujourd’hui fait fureur pour son architecture british en plein médoc.

Concernant mon travail à la propriété mes journées sont rythmées par les visites avec des groupes et la vente de vin.

C’est un régal de voir les gens s’émouvoir devant la beauté du lieu et son romantisme !

J’ai aussi l’occasion de participer à des dégustations d’autres vins au sein de la propriété car nous recevons également des professionnels de la filière et c’est grâce à cela que je vais goûter l’ensemble des grands crus de l’appellation.

Si Cantenac reste mon favori, j’ai également un faible pour Rauzan Ségla, Brane Cantenac et Dauzac qui sont d’autres grands crus de l’appellation.

Durant cette expérience j’ai la chance de travailler avec des gens supers comme Christelle qui est ma responsable aux visites, Sylvie la comptable de la propriété, Mathieu le paysagiste de la propriété, qui devient un copain et me tient souvent compagnie au déjeuner le midi et Philippe qui travaille comme tractoriste et viticulteur…

C’est aussi l’occasion pour moi de découvrir le Médoc viticole.

Cuvée terroir, super vin bio

Concernant les vins bios, je passe un grand moment avec Gérard du CLOS DES GRANGES VIELLES à St Christoly de Médoc. Il produit un vin rouge, la cuvée TERROIR fantastique pour moins de 10 euros. Il travaille en bio, laboure au cheval et respecte vraiment le terroir où sont situés ses vignes.

Il faut aussi noter le travail du Château PONTET CANET qui est un 5ème grand cru de l’appellation PAUILLAC et est à l’heure actuelle la seule exploitation viticole certifié en biodyamie. Comme quoi c’est aussi possible dans les régions pluvieuses.

Je vous recommande la visite guidée de la propriété qui est très enrichissante et permet de découvrir les particularités du travail à la vigne et en cave de ce prestigieux grand cru.

Grâce à mon emploi de guide, j’ai la chance de pouvoir visiter pas mal de propriété : Le Château Lynch Bages, Le Château d’Agassac, Le Château Prieuré Lichine, Le Château Rauzan Ségla, Le Château Desmirail. Et je vous invite à contacter ces châteaux pour les visiter à votre tour et vous faire une idée des vins qu’ils produisent.

Le mois de Septembre 2015 va marquer le début des vendanges (100% MANUELLES) et Mr Sanfins me propose de rester au Château pour y participer.

Je vais m’occuper de la réception des vendanges et travailler en cave.

Ce rôle me passionne un peu moins que mon expérience de guide au château et je termine monbref passage à Margaux avec la fin de mon contrat, début Octobre.

Je pars le cœur gros et j’aurais vraiment aimé être embauché pour continuer à recevoir les touristes dans cette belle propriété, la vie continue…

soirée-oenologie-blagnac.jpg

Le Médoc :

Pour conclure sur la région du Médoc, il faut savoir que c’est la région où le Cabernet Sauvignon est roi ! Présent au moins à 50 % dans les vins de Margaux il peut aller jusqu’à 70 % voir plus dans le Nord Médoc.

C’est une terre quasiment plate, entre océan et estuaire de la gironde où le travail de la vigne se perpétue de génération en génération. Elle est le royaume des grands châteaux mais aussi celui de plus modestes propriétés. Malheureusement la place de l’agriculture biologique ou biodynamique est très faible dans cette grande région de production. D'ailleurs, elle a récemment plus fais parler d’elle pour les dangers occasionnés par l’utilisation importantes des pesticides par ses vignerons.

Cet autre débat nous montre à quel point le consommateur à son rôle à jouer puisque ses choix peuvent directement influencer le marché et donc la production… A vous de vous faire votre propre opinion.

Le Botrytis du Sauternais :

A la suite de cette belle expérience, j’ai envie de continuer à travailler pour une belle propriété. Je postule donc dans de grands châteaux et je suis finalement recruté par une propriété dans le SAUTERNAIS.

Changement de décor puisque ce 1e Grand Cru Classé est situé dans l’appellation Sauternes au Sud de Bordeaux, à côté de Langon.

Ce Château est encore géré par une famille depuis 8 générations.

Vendanges chez Yquem

Vendanges chez Yquem

Il produit un des meilleurs vins liquoreux du monde et son maître de chai, Grégory est l’une des personnes les plus sympas et compétentes avec qui j’ai eu le plaisir de travailler !

Ce château produit également, depuis peu, de très grands vins blancs secs à base de sémillon principalement.

Mon rôle sur place va être de m’occuper de la commercialisation et je vais vite comprendre les difficultés que peuvent rencontrer les vignerons lorsqu’ils veulent développer la commercialisation de leurs vins :

  • Avoir une gamme composée uniquement de vins blancs diminue les chances de vendre puisque les professionnels préfèrent avoir accès à une gamme complète
  • Beaucoup de clients payent les producteurs quand ils y pensent malgré des échéances à 60 à jours et ne se rendent pas compte qu’il fragilise la santé financière des exploitations
  • Certains professionnels pratiquent des marges exorbitantes sur les vins et n’encouragent donc pas leurs clients à consommer le moindre verre de vin au sein de leur établissement

En bref, je comprends vite la hauteur du challenge dans lequel je me suis lancé et malgré le soutient des propriétaires j’ai le plus grand mal à trouver des clients et développer les ventes. Malgré tout, cette expérience est pour moi un cadeau inouï car je pars de 0, j’apprends sur le terrain comment démarcher, quoi dire, qui contacter, comment mettre en valeur les vins, les erreurs à ne pas faire.

Je m’occupe aussi des visites à la propriété et je constate que je préfère bien plus cette partiedu job que la partie démarchage pur.

Je déguste également beaucoup de vins, parmi lequel le fameux CHATEAU YQUEM qui avec son millésime 2005 va longtemps rester dans ma mémoire.

Vignoble de St Emilion

Vignoble de St Emilion

J’en profite également pour me rendre à St Emilion où j’ai trouvé quelques clients. Je suis particulièrement bien reçu au Château TROPLONG MONDOT où je me régale lors de la visite des lieux en compagnie de leur responsable de l’accueil Madame Roumy.

Je vais également à ANGELUS où le grand vin me plait particulièrement.

Je m’y rends, sans idées préconçues après avoir lu le livre d’Isabelle SAPORTA VINO BUSINESS qui attaque le propriétaire des lieux Monsieur HUBERT DE BOUARD.

Je vous invite à voir le documentaire vino business réalisé par la journaliste ISABELE SAPORTA mais également à lire l’article de la RVF concernant ce film.

De mon côté, je n’ai pas d’avis sur la question.

Je crois juste que le principal est de boire le vin que l’on aime, grand cru ou pas. Cher ou pas cher. L’important est de se faire plaisir, de se fier à son instinct et d’aller rencontrer les vignerons directement et de faire en fonction de vos convictions.

Si vous aimez les vins bio, buvez du bio, si vous préférez le non bio, buvez du non bio! L’essence même de la vie et de se faire sa propre idée en fonction des expériences que nous vivons.

Haut-Brion

Haut-Brion

Pour conclure, je termine mon séjour dans le Bordelais par la visite du Château Haut Brion. J’ai toujours rêvé de découvrir ce vin et ce château. Je m’en fais une idée magique et j’attends cette visite avec impatience.

Le jour arrive, je goûte le château HAUT BRION et la MISSION HAUT BRION et je suis énormément déçu.

Après toutes les louanges que j’ai entendues sur ce vin, je le trouve fermé, insipide, comme s’il ne voulait pas me dévoiler son charme.

Le vin c’est aussi cela, il reste un produit vivant qui lors d’une soirée surprise pourra enchanter vos papilles ou lors d’un événement prévu de longue date pourra vous décevoir…

C’est un produit vivant, qu’il faut appréhender avec soin et attention comme l’arrivée d’un enfant dans une famille ou la découverte d’un nouveau monde…

Thibaud CRISTINI