1er Salon des vins natures « Sous les pavés la vigne » à Bordeaux.

11 et 12 février 2017

vin-nature-blagnac.jpg

Bordeaux, capitale Internationale du vin est bien connue pour la notoriété de ses crus qui en font une destination touristique majeure. Elle est cependant moins réputée pour la mise en avant d’une viticulture alternative.

Fort de ce constat avait lieu le premier salon des vins natures ‘‘sous les pavés la vigne’’ les 11 et 12 février dernier.

Le salon « sous les pavés la vigne »

Co-organisé d’une main de maître par Rue 89 Bordeaux et Nouriturfu cet événement fut une belle opportunité pour Tibo Vino de partir à la rencontre de vignerons ‘‘alternatifs’’. 50 vignerons français et étrangers étaient présents sur les deux jours de ce Salon grand public. 

Nous citerons notamment les producteurs suivantspour la qualité des vins présentés :

degustation-toulouse.jpg
  • Le Château Barouillet avec sa cuvée HECATE 2014, Pécharment magistral et son Vin de France moelleux cuvée LA GOUYATE frais et étonnant !
  • Dominique Derain, vigneron Bourguignon, qui propose des vins exquis révélateurs de leurs grands terroirs… et bien d’autres…

Mais c’est quoi le vin nature ?

C’est un vin élaboré avec des raisins. Jusque là, normal, me direz vous ! La différence vient du fait que ce type de vin est élaboré avec peu ou pas d’intrants lors de sa vinification. Au niveau cultural, le vigneron va très peu agir sur ses vignes. Niveau vinification peu ou pas d’intrants, pas de sulfitage ni de collage, peu ou pas de sulfites (Aucun intrant n’est ajouté, le soufre demeurant l’exception. Un vin Nature contiendra donc pas ou peu de sulfites ajoutés= pour un total de 30 ou 40 mg/l maximum, fonction de la couleur du vin, loin des doses autorisées en vinification conventionnelle qui grimpent jusqu’à 200 ou 250 mg/l au total).

source : http://www.vinsnaturels.fr

source : http://www.vinsnaturels.fr

L’objectif du producteur est de revenir à des arômes « perdus » de par le fait des techniques œnologiques modernes et surtout de l’industrialisation de l’agriculture.

Où les choses se compliquent c’est qu’il n’y a pas de législation ou de consensus autour de la définition exacte du vin nature. Cependant une définition admise et mise en mots existe supportée par l’association des vins natures. Association fondée notamment par Marcel Lapierre, vigneron historique de ce mouvement. 

 

En France, le concept est né au début du siècle dernier, en 1907 avec les grandes révoltes vigneronnes du Languedoc. Les vignerons voulaient dénoncer la fraude et à l’époque ils réclamaient déjà : un « vin naturel », produit uniquement à partir de jus de raisin et sans « fabrication artificielle ».

Leurs revendications vont aboutir par l'adoption de la loi du 29 juin 1907 interdisant le mouillage du vin par ajout d'eau et l'abus de sucrage.

Plus récemment, nous citerons le travail de MARCEL LAPIERRE en Beaujolais qui va réellement œuvrer pour la reconnaissance de ce type de vins.

Aujourd’hui, Le concept de vin nature est de plus en plus sollicité puisque une partie croissante des consommateurs est aujourd’hui à la recherche de produits plus sains.

D’après wikipedia les fondements du vin nature sont :

  • recherche d'un goût originel, « naturel » du vin ;
  • respect de la nature (avec une démarche biologique) et de ses productions ;
  • opposition aux méthodes industrielles de viticulture et de vinification ;
  • retour à des pratiques œnologiques anciennes.

Et niveau dégustation ?

Certains adorent,  d’autres détestent ! Il faut savoir que le vin est un produit VIVANT normalement peu adapté au transport, au stockage pendant plusieurs mois droit sous la lumière. Dans un monde idéal il faudrait acheter le vin directement chez le vigneron voisin et le consommer rapidement.

C’est pour cela que les vins natures sont souvent très fragiles.

Côté gout, personnellement je les trouve toujours étonnants. A l’image de leurs vignerons attachants. Ils remettent souvent des certitudes bien établis en question et je vous invite donc à en déguster pour vous faire votre opinion…

Notons que parfois ils peuvent présenter des défauts dus à un mauvais contrôle des fermentations ou conservations qui sont la résultante d'absence de SO26. Les plus courants sont :

  • la présence de brettanomyces avec des arômes d'écurie, de sueur, de gouache, dus aux phénols
  • l'oxydation des vins avec des arômes de pomme blette, d'aigreur
  • les arômes rances dus à une activité non contrôlée des bactéries lactiques
  • tout défaut issu d'un non contrôle des populations de micro-organismes

Si vous souhaitez organiser une dégustation de vins natures chez vous, au bureau ou dans un de nos lieux vous pouvez me contacter.

Renseignements au 06 32 02 43 74 ou par mail : tibovino@tibovino.com

 

PS : pour ceux qui veulent en savoir plus, un film à voir :

vin-bio-toulouse.jpg

Une BD à lire :

vin-bio-toulouse2.jpg
Thibaud CRISTINI